Les études supérieures en France

La France occupe le troisième rang mondial des pays accueillant les étudiants étrangers derrière les Etats-Unis et le Royaume-Uni.

310 000. C’est le nombre d’étudiants étrangers que la France a accueillis en 2015-2016. Un chiffre en constante augmentation depuis 2004 et une preuve qu’il attire les jeunes en quête d’une formation et d’une expérience de vie. L’Agence française pour la promotion de l’enseignement supérieur, l’accueil et la mobilité internationale Campus France vient de publier un rapport très fourni à propos de ces mouvements de jeunes en formation.
Le premier pays non anglophone dans l’accueil d’étudiants étrangers

Côté international, la France n’attire pas que des touristes. Elle attire aussi des étudiants : 310 000 jeunes étrangers étudiaient en France en 2015-2016. Concernant les pays non anglophones, la France est donc celui qui attire le plus de jeunes étudiants du monde entier.

Que vous soyez africain, ressortissant européen, asiatique ou américain, la France est faite pour vous. Le système éducatif est l’un des meilleurs en Europe et les écoles et universités françaises accueillent à bras ouverts le maximum d’étudiants étrangers. Autant vous dire que vous ne serez pas seul.

En général, les étudiants qui se déplacent le plus pour étudier en France sont les Maghrébins, Chinois, suivis des Africains.

Liste des 25 premiers pays d’origine des étudiants étrangers en France (2015-2016).

Sur les étudiants étrangers inscrits en université française en 2014, 71 535 étudiaient dans le domaine des sciences humaines, des langues et des lettres. Viennent ensuite les formations en sciences et STAPS (657 491) et les sciences économiques (44 129). Ces étudiants internationaux fréquentent surtout les académies proches de la capitale : Créteil, Paris et Versailles. Viennent ensuite Lyon, Lille et Toulouse.

Les BTS et les DUT :

Diplômes à vocation professionnelle, Brevets de Technicien Supérieur (BTS) et Diplômes Universitaires de Technologie (DUT) se préparent en deux ans et présentent des traits communs.

• Les BTS se préparent dans un lycée dans les sections de techniciens supérieurs (STS). Ils s’adressent en priorité aux jeunes issus de baccalauréats technologiques (près de deux tiers de ces étudiants) ou professionnels. Ils ciblent une spécialité professionnelle dans une branche d’activité. On dénombre plus d’une centaine de spécialités, dans quatre domaines : industriel, tertiaire, santé-paramédical et arts appliqués. Les candidatures en BTS se font sur le site www.parcoursup.fr

• Les DUT se préparent dans un Institut Universitaire de Technologie (IUT) rattaché à une université. Ils couvrent un champ professionnel assez large : on compte 25 spécialités dans les domaines tertiaires et secondaires. Ils offrent un enseignement plus généraliste que le BTS. Deux tiers des étudiants en DUT sont issus de baccalauréats généraux. Au final, ce diplôme s’inscrit mieux dans la perspective d’une poursuite d’études (licence professionnelle ou licence et master à l'université, écoles d’ingénieurs ou de commerce en admission parallèle, autres écoles spécialisées...).

Les candidatures en DUT auprès des établissements connectés avec le logiciel CampusFrance Maroc se font sur le site www.maroc.campusfrance.org

Les candidatures en D.U.T auprès des établissements NON connectés avec le logiciel CampusFrance, se font directement sur le site internet de l’I.U.T.

 

Les Classes Préparatoires :

Les classes préparatoires forment en deux ans aux concours des écoles d’ingénieurs, de commerce et des écoles normales supérieures. Il est possible de redoubler sa seconde année puisque c’est à cette période que les étudiants préparent des concours. En revanche, il est interdit de redoubler la première année .En cas d’échec aux concours, des universités peuvent dispenser, sur examen du dossier, les préparationnaires de la première année, voire des deux premières années, de licence. 
Il existe trois types de classes préparatoires : 

  • Les classes préparatoires scientifiques 
  • Les classes préparatoires économiques et commerciales
  • Les classes préparatoires littéraires

Les écoles d'ingénieurs ou de commerce post-Bac :

Certaines écoles d'ingénieurs ou de commerce recrutent directement après le bac, sur dossier ou via un concours. Un moyen d’éviter le passage par la prépa.
Les écoles d’ingénieurs admettent des bacheliers Maths, sciences expérimentales, parfois STI selon les spécialités des écoles : agronomie, biologie, chimie, électronique, informatique, mécanique, physique...

Les Universités :

Les universités offrent des formations fondamentales, des formations technologiques ou à finalité professionnelle. Elles couvrent l'ensemble des disciplines et préparent également les étudiants à la recherche ou à l'entrée dans la vie professionnelle.

Les études sont organisées en 3 grades :

  • Licence : (Bac + 3) 
  • Licence professionnelle dont l’accès est sélectif, se prépare sur 2 semestres dans un Institut Universitaire Professionnalisé (IUP) qui dépend d’une université, après un diplôme de niveau bac + 2 (120 crédits ECTS) : L2, BTS, BTSA, DUT, DEUST.
  • Master :(Bac + 5)
  • Doctorat (Bac + 8)

La spécificité des études médicales :

Depuis la rentrée académique 2010/2011, la réforme de la première année d’études médicales est mise en place. Cette réforme consiste principalement en la création d’une première année commune aux études de santé (L1 santé ou PACES) pour les 4 filières : médicale, odontologie, pharmacie et de sage-femme; la réorientation des étudiants est possible à l’issue du premier semestre ou de la première année et l’instauration d’un système de passerelles. Il est conseillé de bien se renseigner sur le site de chacune des universités.

Les écoles d'Architecture :

Trois types d’écoles décernent le diplôme d’architecte. Il s’agit des écoles d’architecture publiques (six en Île-de-France, quatorze en province), d’une école d’ingénieurs publique, l’Institut national supérieur des sciences appliquées (INSA) de Strasbourg, et d’une école privée, l’École spéciale d’architecture (ESA), à Paris.

Les Instituts d'études Politiques :

Il existe neuf IEP en France : Paris, Toulouse, Lyon, Rennes, Strasbourg, Lille, Aix-en-Provence, Bordeaux, Grenoble. Les études durent 5 ans. Trois premières années pluridisciplinaires, suivies de deux années en Master de spécialisation. L'entrée dans un des neuf instituts d'études politiques se fait sur concours ou sur dossier avec une mention très bien au bac pour Paris, Rennes, Strasbourg et Toulouse. Les IEP d'Aix-en-Provence, Lyon, Strasbourg, Lilles, Rennes et Toulouse organisent un concours commun d'entrée en première année. Inscriptions en ligne à partir du 1er mars et jusqu'à trois semaines avant la date d'examen.

Conditions d'admission & d'inscription :

Le dossier scolaire est épluché et soigneusement étudié par la commission d’évaluation de l’établissement d’accueil. Le parcours est disséqué, les notes et évaluations des précédents professeurs sont analysées. Cette commission possède seule le pouvoir d’accepter ou de refuser un candidat. Le meilleur moyen de mettre toutes les chances de son côté est d’obtenir tout au long de votre parcours au lycée, des notes excellentes et de faire preuve d’une grande motivation. Le sérieux et la rigueur sont autant d’atout. De même que faire preuve de dynamisme et de curiosité, en ayant par exemple des activités extra scolaires (type associations, junior entreprise etc.) sont autant de points forts pour faire pencher la balance en votre faveur.
Le prix des inscriptions dans un établissement français varie en fonction de l’institution et du cursus. A l’université ou dans une Grande Ecole publique, seule l’inscription administrative est payante: de 120 euros à 700 euros environ. Cependant, pour certaines formations mises en place en partenariat avec des organismes privés, le plus souvent professionnels, l’enseignement peut avoir un coût .Dans les écoles de commerce et certaines écoles spécialisées privées, les prix varient de 4 000 euros à 23 000 euros.

Langue :

Les études supérieures exigent une bonne expression orale et écrite ainsi que la maîtrise de techniques spécifiques comme la prise rapide de notes ou la synthèse de document. La réussite de vos études en France dépendra donc largement de votre niveau de Français. Par ailleurs, certaines universités et écoles françaises exigeront une attestation de votre niveau de Français. Il est donc très important et obligatoire dans certains cas, d’évaluer votre niveau de Français dès que vous envisagez d’entreprendre des études en France.

Logement :

• Effectuez des recherches pour votre logement bien avant votre départ, en particulier si vous allez étudier à Paris. Les loyers y sont supérieurs d’environ 50% par rapport aux habitations de province.
• Outre la location de logement chez les particuliers, vous pouvez faire appel aux résidences universitaires qui proposent des chambres (9m²) ou des petits logements (T1, T1bis, T2 en colocation). La surface de ces derniers varie entre 15m² et 35m² environ. Si vous choisissez cette option vous devrez faire votre demande en même temps que votre demande d’admission dans un établissement. L’organisme chargé des logements universitaire est le CNOUS (Paris et sa région) ou le CROUS (en province).
• la Caisse d’Allocation Familiale vous délivrera, selon vos droits (calculés sur vos revenus), une aide financière au logement. Une fois installé dans votre logement, rendez vous dans la CAF de votre département ou remplissez le dossier directement en ligne sur le www.caf.fr

• Généralement le dossier est traité rapidement et vous pourrez bénéficier de l’APL ou l’ALS dès le second mois de location. Sachez que le premier mois n’est jamais soumis à cette aide (mois de carence).
• N’hésitez pas à faire appel à l’association étudiant de votre établissement pour trouver un logement ou pour tout autre renseignement.

Visas :

L'Espace CampusFrance est un service de l'Ambassade de France au Maroc. Rattaché à l'Institut français de Rabat, il dépend du Service de Coopération et d'Action Culturelle de l'Ambassade. Ce service est dédié aux étudiants marocains ou étrangers résidant au Maroc qui souhaitent poursuivre leurs études supérieures en France. Il concerne également tout étudiant désirant se rendre en France pour se présenter à un concours, un examen ou un entretien ou bien effectuer un stage dans le cadre de son cursus de formation suivi au Maroc : il doit impérativement s'inscrire sur le site de l'Espace CampusFrance Maroc avant de déposer sa demande de visa auprès des services consulaires compétents.